Covid 19: AT et Isolement des personnes vulnérables

Compliqué de savoir ce qu'il faut faire pour les patients à risque, les patients contacts, les patients PCR+ .. : qui arreter , qui isoler ? et combien de temps ?

Voici la synthèse de ce 31/10

Covid 19 et arrêt pour les COVID +

 

Patient Covid+ :

arrêt par médecin traitant ou par contact Covid

7 jours au moins, ou 48 h après la fin des symptomes–

Cas contact :

 par contact Covid ou le patient le fait seul par declare ameli –

Cas contact : isolement 7 jours après le contact, test à J5-J7 du contact et libération si test négatif, si test positif isolement encore 7 jours au moins même si asymptomatique.

Pas de test après isolement pour autoriser la libération.

 

 

Covid-19 certificat d’ isolement et arrêts de travail des personnes vulnérables

au 28 octobre 2020

 

Salarié, quel dispositif d’indemnisation ?

Une personne salariée vulnérable qui ne  peut pas poursuivre son activité en télétravail peut demander à son médecin traitant ou à un médecin de ville un certificat d'isolement à présenter à son employeur. Pas un arrêt de travail

Non Salarié, quel dispositif d’indemnisation ?

Une personne non salariée qui se trouve dans l’une des situations médicales précisés précédemment peut obtenir de son médecin traitant ou d’un médecin de ville, si celui-ci l’estime nécessaire, un arrêt de travail.

Quid des personnes qui cohabitent avec une personne vulnérable ?

Pas d’arrêt de travail : Les personnes (salariées ou non salariées) qui cohabitent avec une personne vulnérable ne peuvent plus bénéficier d’un arrêt de travail dérogatoire indemnisé depuis le 1er septembre 2020.

 

À noter : s’agissant du cas particulier du personnel soignant des établissements de santé et médico-sociaux, les arrêts de travail sont établis par la médecine du travail ou la médecine de ville en l’absence de médecin du travail.

 

Patients vulnérable au 28 octobre 2020 :

 

-être âgé de 65 ans et plus ;

-avoir des antécédents cardiovasculaires (ATCD) : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d'accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;

--avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications ;

-présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d'une infection virale (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d'apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;

-présenter une insuffisance rénale chronique dialysée ;

-être atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;

--présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30) ;

-être atteint d'une immunodépression congénitale ou acquise :

médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement immunosuppresseur , biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;

-infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;

consécutive à une greffe d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;

-liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;

-être atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;

-présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;

-être au 3e trimestre de la grossesse.