Lévothyrox : écouter les patients et rester rationnel !

Levothyrox, remettons du rationnel dans nos relations sur le sujet!

 

par le Dr Roger Bolliet

La polémique autour du Lévothyrox concerne un médicament qui est très investi par les patients puisqu'un grand nombre d'entre eux doivent le prendre à vie. Les inquiétudes survenues à la suite d'un changement,  même s'il porte seulement sur l'excipient, sont donc naturelles et doivent être entendues.

Peut-être avons-nous nous aussi notre responsabilité dans la mythification du médicament : refus par certains médecins ou pharmaciens de la prescription en DCI, conseils stricts de prise ... L'idole change de coiffure et tout s'écroule.  


Les symptômes rapportés  par des associations ou forums sont trop divers : ils ne peuvent être raisonnablement attribués à la modification médicamenteuse. Et un certain nombre des symptômes décrits ne correspondent nullement aux signes d'un sous ou sur-dosage de l'hormone thyroïdienne. Enfin, les excipients choisis sont habituels et semblent bien neutres. 
Quelques-uns des symptômes (par exemple les sensations vertigineuses) sont des plaintes que nous rencontrons très souvent dans nos consultations, sans grande spécificité la plupart du temps.

 

Médecins généralistes, nous sommes des professionnels du soin, de l'écoute, mais nous avons aussi de solides bases scientifiques.

Alors devant un patient inquiet des modifications, continuons à faire ce que nous savons faire :  écoutons, classons les symptômes éventuels, vérifions tout de même qu'ils ne correspondent pas à un problème tout autre que le changement de médicament, et puis expliquons, réexpliquons que nous avons un indicateur d'efficacité simple et fiable, la TSH, pour peu que l'on sache attendre, expliquons la demie-vie très longue et que seule compte donc la dose hebdomadaire totale, que s'il y a besoin d'un ajustement nous saurons le faire avec eux, et que, en attendant le contrôle, la vie n'est pas menacée. 

Ne nous embarquons pas dans des changements de molécule encore plus difficiles à équilibrer

Ne privons pas des enfants des formes gouttes qui leur sont indispensables, au profit de quelques adultes inquiets. 

Donc  remettons du rationnel dans un domaine où il a un peu disparu, allions écoute et rationalité. 

Bref ! Continuons à faire de la médecine générale !

 

 
    Retour Accueil
Contact
©2015 Syndicat MG France Rhône Alpes